Spécimen exempté ou cat. B ?

La classification des matières infectieuses
En vertu de l’article 2.1 du RTMD canadien, la classification des marchandises dangereuses relève de l’expéditeur.  Celui-ci doit prendre toutes les précautions raisonnables afin de s’assurer de la bonne classification de son échantillon sans faire une fausse déclaration de danger (ce qui est interdit par la loi).

Hors, plusieurs études obligent les expéditeurs à utiliser la classification UN3373 cat. B pour toutes les expéditions de produits biologiques.  Soyez avisé que Transports Canada interdit la sur-classification d’une marchandise dangereuse comme le précise le courriel reçu de Monsieur David Lamarche.  De plus, l’utilisation d’une sur-classification entraîne l’utilisation de contenants normalisés ce qui augmente les coûts à l’expéditeur et plus d’obliger la formation.  Curieusement, ces mêmes études obligent les expéditeurs à utiliser une lettre de transport stipulant qu’il n’y a aucune chance que l’échantillon contienne une matière nuisible pour la santé.

Selon Transport Canada, ces informations contradictoires rendent l’expédition non-conforme et expose l’expéditeur à des sanctions.  Elle précises que l’expéditeur doit s’assurer que les informations fournies soient cohérentes.

  Ces interprétation se retrouvent dans notre onglet  intitulé « Classification »




J’ai hâte à la prochaine formation avec cet instructeur – N. Sullivan, Monnaie Royale Canadienne